Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum Sérényssime Empire d'Ys
Micronation virtuelle francophone
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Conférence sur l'état du Zollernberg par le Duc de Wilhelstadt

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum -> Vie publyque -> L'Universyté Sérényssime -> Bibliothèque Universitayre -> Archives universytayres étrangères
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Grand Maître de la GLU
GLURAAA

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2016
Messages: 404
Masculin

MessagePosté le: Lun 5 Juin - 00:17 (2017)    Sujet du message: Conférence sur l'état du Zollernberg par le Duc de Wilhelstadt Répondre en citant

Citation:
« Etat des lieux » du Zollernberg en Février 2005

Conférence donnée par S.A.I. le duc de Wilhelstadt,
Professeur à l’Université de Wilhelstaufen
Ancien Premier ministre de Son Altesse royale
Membre de l’Institut diplomatique de l’Archipel



Avec la dissolution du Parlement de février 2005, laconvocation de nouvelles élections et surtout ladémission annoncée du Premier ministre à l’issue deces élections, le Zollernberg connaît la fin d’unmoment particulier de son histoire. Depuis août 2004,jusqu’en février 2005, soit dans une longue période desept mois, les gouvernements menés par le duc deWilhelstadt ont entrepris un travail de longue haleinedont certains points saillants méritent d’êtresoulignés et critiqués.

I - Le niveau institutionnel

C’est incontestablement le point le plus fort del’action des gouvernements du duc de Wilhelstadt,celui sur lequel ils se sont avant tout investis. Etpourtant, le résultat pose certaines questions. Larénovation institutionnelle est passée par troisétapes majeures, relativement concomitantes. Il s’agitd’abord de la remise en ordre des institutionsexistantes, puis de la mise en place d’uneadministration organisée et enfin l’affirmation del’interprétation représentative de la Constitution.

1. La remise en ordre des institutions existantes

Dès son arrivée au pouvoir, le duc de Wilhelstadt s’est efforcé de rendre son caractère légaliste et juridiquement argumenté aux actes du pouvoir. Lepremier acte de la sorte fut sans doute le procès de Romain von Sausheim pour la crise scantéloise qui,au-delà de l’aspect incontestablement politique et diplomatique du procès, a servi essentiellement à imposer la doctrine d’un pouvoir politique limité parle droit. Le gouvernement n’a en aucun cas une « carte blanche » pour agir. Cette remise en ordre desinstitutions s’est aussi exprimée dans la restauration du Parlement, à partir du mois de septembre-octobre2004. Mais si le Parlement a eu pour avantage dedévelopper le caractère légaliste et la clartéjuridique du fonctionnement de l’Etat, il n’a en revanche pas tenu ses promesses du point de vue ducontrôle gouvernemental, du questionnement dugouvernement ou de son aide. Les institutionsexistantes sont marquées aujourd’hui par deuxphénomènes majeurs. D’une part, il s’agit de laprégnance du Premier ministre sur l’ensemble dusystème politique et administratif, d’autre part ils’agit de son dynamisme limité en fonction du nombre relativement stable et moyen de citoyens. Si cette remise en ordre était nécessaire pour redonner auZollernberg son assise de simulation politique, ellen’a pas en revanche tenu toutes ses promesses.

2. La création des institutions administratives

Là encore si l’initiative semble éminemment pertinentepour organiser les services offerts aux citoyens et la participation de tous aux actes dépolitisés dupouvoir, le résultat n’est pas pour autant si clair.L’administration reste d’abord extrêmement lié à lapersonne qui la dirige et choisira de lui donner ou non son dynamisme et sa rigueur. Ainsi,l’administration chargée des naturalisations (L’Agence ministérielle pour l’intégration) a été gérée encontinu et avec rigueur par Romain von Sausheim. Àl’inverse d’autres agences ont déçu. La création des institutions administratives s’est incontestablement faîte au profit du Premier ministre, leur responsable.De telles institutions concourent à affirmer le rôlecentral du Premier ministre dans l’organisation de lavie du pays. Mais malgré leur schéma simplifié, elles peuvent pêcher aussi par leur relative complexité.Notons que cette complexité est d’autant plus grandeque l’action des administrations reste faible. Il enserait différemment si les administrations étaientplus actives.

3. La réinterprétation de la Constitution

Par l’acte additionnel et l’exercice des pouvoirs, le Gouvernement, et en particulier le Premier ministre,se sont imposés comme les centres de la vie duGrand-Duché. C’est le triomphe de la doctrine de la représentation, qui légitime le gouvernement dans son action. Le Grand-Duc apparaît de plus en plus comme un arbitre, un sage, au dessus de la quotidienneté des actions gouvernementales. Sa force symbolique s’en esttrouvée considérablement renforcée. Dans l’exercice quotidien du pouvoir l’influence du Grand-Duc paraît s’être réduite, le Premier ministre présidant régulièrement le conseil des ministres en l’absence dusouverain. Mais la puissance réelle du Chef de l’Etat s’est accrue en réalité considérablement par sa soustraction aux questions de gouvernement les plus simples. A n’en pas douter, si le Grand-Duc avait demandé au Premier ministre sa démission, celui ci se serait exécuté sur le champ. Si dans les affaires courantes, au niveau de l’Etat le Premier ministre estdevenu un géant, il ne masquera pas pour autant lafigure dominante de la Nation Zollernoise et de saCivilisation incarnée par le Grand-Duc dont le silence renforce paradoxalement la présence.

(EL/ Sur ce point, l’Etat Zollernberg a suivi le processus analogue à celui de l’Angleterre ou de la Belgique, du Luxembourg ou des Monarchies d’Europe du Nord, en adoptant les traits de la monarchie parlementaire véritable /EL).


II - L’image du Zollernberg

Le Grand-Duché a reconstruit et renforcé son image.Il s’agit autant d’une image intérieure que de l’imagerenvoyée aux autres pays de l’Archipel.

1. L’image extérieure : d’un Etat voyou à un peuple civilisé

On notera ici que l’on est dans le domaine de la subjectivité et que l’on essaye, sans trop de caricature de dresser cette image.Au lendemain de la crise scantéloise, le pays est considéré comme belliqueux, impérialiste et quasi-voyou. Le tour de force qui s’est opéré en septmois, a consisté à intégrer ou réintégrer ces traits caractéristiques dans une vision plus générale et plus viable dans le « background », à savoir la notion de civilisation et de supériorité dans tous les cadres dela puissance. Le Zollernberg vient jouer (ou rejouer) ici sur les terres yssoises, mais en adoptant un anglede vue quelque peu différent, à savoir celui de lasupériorité par la culture. Le véritable retournements’est opéré avec la signature du Traité de Zozolulu,par lequel le regard inquisiteur de l’ONV (tel qu’il était ressenti au Zollernberg) s’est mu en une remise en avant des nations et de leur choix internes. C’estainsi que le Zollernberg, se fondant sur son âge etsur le talent notamment littéraires de ses citoyens apu se réaffirmer comme l’un des deux grands.L’avènement du jeu colonial, inspiré de l’initiative zollernoise et de ses Zindes a placé en outre le Zollernberg dans une position de première puissance coloniale. Cette image de l’un des deux Grands a triomphé avec la signature des Accords de Venys.

2. Stabilité de l’image intérieure

Le « moment Wilhelstadt » a concouru avec la maturation du backgound zollernois qui s’est définitivement imposé comme, à la limite, ayant toujours existé. La société zollernoise s’est affirmée dans l’existence de ses ordres, de ses institutions,de son Etat, de son Souverain. C’est une image de grande stabilité qui s’est imposée quant à la sociétédu Zollernberg, phénomène rare dans les autresnations, quitte à masquer parfois la réalité desmalaises de la populations.Le succès des initiatives non gouvernementales : uneporte du développement Mais le moment Wilhelstadt a aussi été celui du succès d’initiatives échappant au gouvernement mais servantsa politique de développement et de puissance, souvent freinée par la faible activité. Ainsi l’Eglise s’est affirmée comme un pouvoir incontournable et comme un cadre fort de la vie des zollernois. Par son développement à l’étranger, elle sert les intérêts dela diplomatie zollernoise. Par sa rigueur et son caractère réactionnaire elle permet de dégager des tendances réalistes au sein de la société comme desconservateurs et des libéraux, voire des libertins. On arrive ainsi naturellement au succès des messages à caractère littéraire et autres pamphlets qui développent le pan aristocratique et cultivé du background zollernois.En guise de conclusion, les questions en suspens Sans les développer on les énumèrera, quitte à lancer le débat avec le lecteur ou l’étudiant :- La chambre des Pairs va-t-elle trouver un vrai développement ?- Le Parlement va-t-il jouer son rôle de premier ordre dans le système représentatif ?- Comment la tension entre les conservateurs et leslibéraux peut continuer à s’exprimer sans risquer denuire à la survie de l’un des deux goupes ?- Comment le super Premier ministre, né en 7 mois vase conjuguer avec les personnalités différentes des prochains Premier ministres ?- Que va-t-il advenir de cette doctrine de lapuissance zollernoise et de sa supériorité, dans un esprit très XIX° ? Ne risque-t-on pas de s’en détacher et du même coup de la couler sur des dossiers comme la détermination de la Maurésie ?- Comment vont se développer les Provinces ?- Comment l’économie peut-elle rester zollernoise ?- Et surtout, comment réussir là ou ce gouvernement aéchoué, à savoir augmenter significativement lapopulation zollernoise et sa fidélité.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 5 Juin - 00:17 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum -> Vie publyque -> L'Universyté Sérényssime -> Bibliothèque Universitayre -> Archives universytayres étrangères Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com