Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum Sérényssime Empire d'Ys
Micronation virtuelle francophone
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

THESE : Histoire de la Guerre saralando orionnaise de février 2001

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum -> Vie publyque -> L'Universyté Sérényssime -> Bibliothèque Universitayre -> Archives universytayres étrangères
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Grand Maître de la GLU
GLURAAA

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2016
Messages: 404
Masculin

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 19:21 (2017)    Sujet du message: THESE : Histoire de la Guerre saralando orionnaise de février 2001 Répondre en citant

LA GUERRE SARALANDO-ORIONNAISE 
Par Earl Mountbatten
Le 28 Octobre 2001

Nos recherches dans les archives de l'empire nous ont permis de retracer les évènements qui se sont déroulés entre le Dimanche 4 Février et le Mercredi 7 Février et connus sous le nom de Guerre Saralando-Orionaise.

Situons tout d'abord les lieux.

La Carte du Sud du Micromonde


   

Le nord du territoire orionnais et ses voix de communication 
 


 




PHASE 1: l'attaque aérienne surprise
Le Dimanche 4 Février 2001 vers 15h30, trois SuperDahus saralandais attaquèrent l'aéroport de Nöddia... D'après les rescapés, l'aéroport semblait avoir été entièrement démoli et tous les avions détruits... Les marines Saralandais étaient déjà sur la route d'Afiosso, à moins de 20 km de la capitale Orionaise. Avant le lendemain, Afiosso risquait de tomber...
 

A 16:57, le Président Saralandais déclare officiellement la guerre à Orion. Soit 1h30 après l'offensive sur l'île de Nöddia.

Moins de 10 minutes après la déclaration du Président Saralandais, Ydémos condamne l'intervention.

Chers amis et alliés,

Bien qu'Orion et Ydémos n'aient pas signé le traité de l'OMI et que le cadre du HCDNS en est encore à ses balbutiements, soyez sûrs que vous pourrez compter sur tout notre soutien et que nous examinons dès à présent les possibilités pour vous porter secours face à cette terrible agression.

Clem Yeats,
Président de la République Ydéenne.



A 17h17, l'empereur Actarus III décrète l'état de guerre. Mlle Timoria, Générale en chef des forces armée, reçoit l'ordre de mobiliser toutes les forces armées de l'empire, et de rappeler les soldats en permission. M. Mc Fernum, Ministre de la Défense, est chargé de rassembler l'Etat-major pour préparer la première ligne de défense, destinée à bloquer les forces d'invasion qui s'approchent.

Actarus III commet alors une erreur importante. Il suppose que les marines saralandais vont continuer par voie de terre en direction de la capitale. L'empereur s'attend donc à une attaque sur la province de Troyes (province située sur le continent et proche du Saraland). Il ordonne alors le renforcement du seul point de passage terrestre vers l'île d'Orion : le pont du chemin de fer qui relie Troyes à Afiosso.

A Troyes, l'inquiétude était à son comble : la nouvelle d'une prochaine attaque des forces saralandaises s'était vite propagée. Le Vicomte Gro$ous demande ses ordres, ses Gardes de Troyes n'étant pas regroupés au sein de l'armée. A 17h55, le Vicomte se rend compte du manque de coordination que risque d'amener son statut à part, et se porte volontaire pour intégrer les rangs de l'armée. Il est immédiatement accepté par la Générale en Chef.

PHASE 2: l'attaque maritime surprise
A 17h56, la nouvelle tombe. C'est la ville de Toria qui a subi l'attaque étrangère. A l'est de l'île, et à l'opposé de là où l'empereur attendait l'ennemi. Les mouvements de troupes en direction de Troyes avaient été simulés par deux unités du génie, tandis que deux croiseurs embarquaient les marines saralandais. Après un bombardement intensif de la ville, les deux croiseurs ont accosté dans le port de Toria. 500 marines et une colonne de 25 chars lourds se sont alors emparés facilement de la cité portuaire, désormais en ruine. La Capitaine Daphnée Poisson est faite prisonnière, tandis que les Généraux Méthos et Vénusia s'enfuient.

 
Le Général Méthos parvient très rapidement à faire parvenir un bilan des troupes ennemies et appelle à la contre-offensive : " Mort au Saralandais, ces salopards m'ont tiré de mon pieu. "


PHASE 3: la contre-attaque s'organise
C'est du Vicomte Gro$ous que viendra la contre-offensive. A 18h19, ses Gardes de Troyes, les troupes d'élite de l'empire se mettent en mouvement. 300 se dirigent vers Toria en ruine. 100 sont affectés à la défense de la capitale Afiosso, et 100 sont conservés pour la défense de Troyes.

Mais le Vicomte n'est pas seul, quelques minutes après, les ordres de la Générale en Chef tombent.
Le Ministre de la Défense et Général Connor Mc Fernum à la tête d'une garnison est chargé de la reprise de Toria. " Allez-y maison par maison s'il le faut mais reprenez cette ville. " Les deux autres garnisons sous ses ordres sont envoyées l'une près d'Afiosso et l'autre près de Troyes avec l'ordre de fortifier ces villes.
Le Capitaine Brian Yolande et ses navires de guerre sont chargés de couler les navires qui ravitaillent l'armée ennemie.
Le Capitaine Smith John doit regrouper ses derniers avions et bombarder l'armée se dirigeant vers Affioso.


Le Général Connor Mc Fernum lance alors l'opération RUPTURE. Il tente de faire passer l'ensemble des forces armées, terrestres comme marines, sous son commandement, y compris les troupes d'élite de Troyes. 3000 hommes au total et deux croiseurs de guerre.

La grande partie de ces effectifs est affectée à la défense du territoire.
Seuls 300 Gardes Troyens sont envoyés sur Toria. En effet, 500 soldats résistent encore dans la ville, dispersés, mais n'affrontant que 300 soldats Saralandais, qui se révèlent dénués de matériel lourd. Les chars lourds aperçus par le général Méthos semblaient n'être que factices.
100 Gardes vont renforcer la défense de la capitale, déjà composée de 1000 hommes, tandis que 100 autres protègent Troyes.

La flotte, elle, ne se dirige pas vers Toria. Comprenant que l'attaque Saralandaise ne menace plus la capitale, le Général Connor Mc Fernum a en effet choisi de briser la stratégie ennemie grâce à une opération d'envergure, qui est le réel but de l'opération RUPTURE.
Il ordonne que 2 régiments de 500 Soldats de l'infanterie de marine de Nöddia embarquent pour envahir le Saraland. Les deux seuls croiseurs Orionais doivent eux aussi se mettre en route. Le Saraland sera pris par le sud et l'est.
Pendant ce temps, les dragueurs de mines doivent mouiller des mines derrière les navires Saralandais : le général ne va pas se contenter d'une victoire. Il veut écraser l'ennemi. " Ils ne peuvent plus fuir. " déclare-t-il, moins de 3 heures après l'attaque sur l'aéroport de Nöddia.
Mais l'opération ne pourra se réaliser comme prévue.


PHASE 4: les troupes hésitent.. Et le conflit atteint la capitale !
Tout d'abord, le capitaine Brian Yolande, chef de la marine, ne reconnaît pas dans un premier temps les ordres du Général Connor Mc Fernum. Suivant la stratégie de la Générale en chef Vénusia, il dirige ses navires vers les ravitailleurs à l'arrière de la tête de pont ennemie. Puis la Général Timoria confirme partiellement l'opération RUPTURE et ordonne le bombardement des côtes du Saraland, mais laisse un navire ou deux pour fragiliser le réseau de ravitaillements Saralandais.

Cependant, et alors que l'opération RUPTURE venait juste d'être décidée, 150 soldats Saralandais ayant traversé Orion à marche forcée depuis Toria entrent dans la capitale. Les combats sont extrêmement violents. Le palais présidentiel est détruit. Lorsque l'ennemi fait exploser les deux ponts, Afiosso nord est pris. Le Sud est toujours sous contrôle Orionais mais coupé de la zone nord. Les échanges de tirs par-dessus le canal sont très denses mais grâce à cette manœuvre, seuls 25 Saralandais et 10 Orionais sont tués.
Les croiseurs Saralandais ont, eux aussi, eu le temps de sortir du piège qui se refermait et se dirigent vers Troyes.
 

PHASE 5: l'opération RUPTURE est lancée
Lorsque les espions Saralandais apprennent l'objectif de l'opération RUPTURE, la résistance s'improvise à la Hantise (capitale du Saraland), où le Saraland déclare aligner au moins 600 personnes.
Puis, après avoir recensé leurs troupes, les Saralandais réorganisent rapidement l'ensemble de leur offensive :
1500 hommes partent occuper Nöddia, vaincue.
500 hommes lancent une offensive vers Troyes, toujours intacte
1000 hommes embarquent à destination de Toria et d'Afiosso, soutenir leurs troupes sur place
1500 hommes préparent la défense du pays.
Et enfin, à la surprise générale, 500 soldats marchent vers Prya !


Face à l'extension du conflit, le Ministre de la Défense, Connor Mc Fernum, commence à négocier un cessez-le-feu d'une journée. Le bilan est déjà terrible. Le Nord de la capitale et Toria sont occupés et en ruines. La province de Nöddia, bien plus désertique, a été prise sans coup férir et seul le chef-lieu, Heratia, résiste aux assauts.

Mais la contre-offensive a été lancée et les commandos de marine Orionais se sont déjà emparés de l'île Sarlandaise au sud de Prya et bientôt d'autres bonnes nouvelles parviennent aux Etats-majors Orionais.
Dans la capitale, les Gardes Troyennes, spécialisées dans les combats de rue, finissent par reprendre du terrain minutes après minutes et bientôt le Vicomte Gro$ous annonce qu'il ne reste que quelques poches de résistance.
A Troyes la défense est prête : des batteries de canons à longue portée sont installées et attendent les troupes en approche.
Enfin sous le commandement du Vicomte Gro$ous, les 300 Gardes prévus par l'opération RUPTURE arrivent à Toria et engage les troupes Saralandaises.
 

Cependant, le Saraland a accepté le cessez-le-feu, et à 20h00, malgré une nette progression à Afiosso, les Gardes Troyens doivent cesser le combat.
A Toria, la situation confuse se stabilise peu à peu, mais des coups de feu sont encore parfois échangés autour de certains quartiers, tandis que les troupes de chaque nation se regroupent.
A Troyes les hommes restent sur le qui-vive mais la tension redescend lorsque l'on apprend que l'armée Saralandaise a fait halte.


PHASE 6: la situation des belligérants s'inverse
Le Lundi 5, Février 2001, en début d'après-midi, Prya "condamne fermement la lâche agression Saralandaise perpétrée contre l'Empire d'Orion et souhaite exprimer son soutien au gouvernement et à la population Orionnaise dans les difficiles moments qu'elle traverse."

Si la manœuvre Saralandaise à l'encontre de Prya a été une surprise générale, l'armée Pryenne n'a pas tardé à réagir. En effet des commandos pryans dépêchés vers les troupes Saralandaises ont interverti les panneaux indicateurs le long de la route menant à leur pays. La colonne qui se dirigeait vers Prya n'a donc jamais atteint les frontières du pays et s'est perdue, errant quelque part plus au sud.
D'autre part, la vedette des garde-côtes Pryen, le "VMP Barracuda", a été déployée au sud de Siango pour protéger les troupes orionnaises qui se sont emparées de l'île saralandaise.
Enfin, le frère du Président Pryen Otto Schweinwald, Egon Schweinwald, a envoyé des huissiers dans la capitale Saralandaise (La Hantise) pour faire saisir les avions Superdahus, ceux-ci n'ayant pas été payés à la société Krasspace Technologies qui les fabrique.

Ces manœuvres pryennes marquent le début de la reprise des hostilités, mais l'armée Orionaise est cette fois prête au combat.
Le Saint Empereur est en sécurité dans le château du Vicomte Gro$ous et le Général Méthos rentre à Toria. Apres une lutte acharnée, les forces Saralandaises sont repoussées hors du territoire Orionnais. Les provinces d'Afiosso et de Toria sont libérées par l'infanterie Orionnaise.
Les troupes victorieuses rentrent dans Toria et réunissent tous les soldats Saralandais, qui se rendent par centaines. Un camp provisoire de prisonniers est créé pour les réunir.
On compte peu à peu les morts. 300 soldats Saralandais tués et 500 autres prisonniers. Mais seuls 46 soldats Orionais ont été tués. En revanche, certains quartiers de Toria et d'Afiosso n'existent simplement plus et ont laissé place à des champs de ruines.

Mais le champ de bataille s'est déplacé, car pendant ce temps, les régiments de commandos de marines ont pris l'île Saralandaise au sud de Prya et ont pénétré dans le territoire Saralandais pour y encercler leur capitale.

Tandis que la situation devient critique pour lui, le président Sarlandais demande un nouveau cessez-le-feu d'une journée. L'armée Orionaise met alors en place un blocus de leur capitale et attend la fin du cessez-le-feu. Les négociations commencent alors ; Orion souhaite une reddition de la République du Saraland et est prête à continuer les combats pour l'obtenir.

 

Tous les combats sont arrêtés mais c'est un retournement de situation extraordinaire en faveur de l'empire. Orion occupe à présent à son tour le Saraland, même si le Général Méthos déclare que le blocus de la capitale Saralandaise n'a pour but que "de faire cesser cette guerre."


Alors que le cessez-le-feu va prendre fin, et puisque la situation est bien moins critique pour Orion, les premières voix s'élèvent pour critiquer le manque d'équipement performant de l'armée, qui seul a pu permettre aux forces Saralandaises de mener une telle offensive. Ainsi Pierus Oups :

" Je suis pour une victoire d'Orion. Cependant la guerre coûte cher et l'économie du moment ne nous permettra pas de survivre à cette guerre. En tant que ministre de l'économie, je suggère donc que, contrairement au passé, l'on applique désormais une économie de guerre, en favorisant le développement de l'armement.
Je sais d'avance que le général Méthos sera en accord avec mes propos, lui qui se plaint d'un matériel trop vieux et peu efficace. C'est l'occasion de se développer sur le plan militaire, ce qui est plus prudent en ce moment ! Mais c'est aussi un investissement : la revente est possible si nous avons du matériel performant!!

Une telle politique permettrait de se prémunir de toute attaque tout en fortifiant l'économie.
"


LA VICTOIRE, ENFIN !
A quelques minutes de la fin du cessez-le-feu, la nouvelle tombe. Ce Mercredi 7 Février 2001, à 17:08, le Saraland capitule. Son président, désespéré, se suicide dans son bureau.

" Sous le feu incessant de l'empire d'Orion, le Saraland capitule. Maintenant, je vais me tirer une balle dans la tête ! Pan !"


Partout sur le territoire, c'est l'explosion de joie :

Methos : " Ahhhhhhhh Victoire mes amis, je m'en vais de ce pas prévenir l'empereur. Enfin on a fait mordre la poussière à ces ****** de Saralandais. "

Pierus Oups : " Victoire!!! youppie youppie lalalalalalalalere. "


Les hommes du Vicomte Gro$ous, qui encerclent la capitale Saralandaise, sont eux aussi fous de joie et se demandent déjà quand ils vont rentrer au pays. Mais ce n'est pas avant longtemps. Le Général Mc Fernum annonce en effet l'occupation du territoire conquis.

" Sous ordre de l'empereur,

Les terres du Saraland où stationnent nos troupes seront administrées par l'armée Orionnaise en attendant de se voir affecter un gouverneur. Les terres du Saraland sont placées sous la tutelle du Général Timoria.
Toutes les troupes mobilisées sur place resteront pendant le mandat décrété par le saint empereur Actarus III. Ce mandat équivaut à 2 mois pour le moment.
La partie Nord du Saraland sera rattachée à la province de Troyes gouvernée par le Vicomte Gro$ous, les cartes de l'empire seront mises à jour d'ici peu.

Général Connor Mc Fernum,
Ministre de la défense Orionnaise.
"

Orion ne gardera pas cependant ces territoires, puisque l'ONV ne reconnaîtra pas cette annexion, comme chacun sait.


Mais, ceci est une autre histoire...


    


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 5 Fév - 19:21 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum -> Vie publyque -> L'Universyté Sérényssime -> Bibliothèque Universitayre -> Archives universytayres étrangères Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com