Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum Sérényssime Empire d'Ys
Micronation virtuelle francophone
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

THESE - L'économie orionnaise post-cataclysmique

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum -> Vie publyque -> L'Universyté Sérényssime -> Bibliothèque Universitayre -> Archives universytayres étrangères
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Grand Maître de la GLU
GLURAAA

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2016
Messages: 404
Masculin

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 18:05 (2017)    Sujet du message: THESE - L'économie orionnaise post-cataclysmique Répondre en citant

L'ECONOMIE ORIONAISE POST-CATACLYSMIQUE
Par Dolly Prâne
Le 30 Octobre 2001

Bonjour à tous et bienvenu à ce cour d'économie orionnaise.

Comme vous le savez tous l'économie actuelle de notre beau pays est loin d'être stable, nos bien-aimés dirigeants s'emploient activement à la restaurer mais l'ampleur de la tâche ferait peur à Heracles lui-même…
C'est pourquoi je vous présente à vous tous ici réuni, jeunes étudiants en économie, futurs chefs d'entreprise et acteurs de la vie économique, ce premier cours d'économie afin de clarifier notre situation actuelle et si possible l'améliorer.

Le terrible constat :  


Bien que l'histoire récente d'Orion et du Cataclysme soit encore très peu connue du public et ne fasse pas encore l'objet d'une thèse (c'est un bon sujet, allez-y chers étudiants) il est néanmoins certains faits qui restent indéniables :
Ces quelques années de guerre civile, querelles intestines, attentats et catastrophes naturelles ont eu pour effet de faire fuir les quelques acteurs économiques importants qui n'avaient pas encore déposé le bilan ou été victime d'une quelconque catastrophe plus ou moins naturelle.
Nos anciens dirigeants et tous les chefs d'entreprise sont donc partis avec la caisse (probablement pour le Krassland) laissant derrière eux une économie ravagée, la valeur de la monnaie orionnaise n'a cessé de chuter depuis et on peut désormais affirmer sans crainte (mais la mort dans l'âme) qu'elle ne vaut plus un copeck…
Cette situation est d'autant plus grave que la Banque Nationale Orionnaise a été réduite à l'état de ruines fumantes et nous nous trouvons dans l'incapacité d'imprimer de nouvelles devises (qui de toutes façons seraient ridiculement faibles), nous voilà donc contraint de nous appuyer sur le troc pendant encore quelques temps mais il nous faudra rapidement trouver une solution de remplacement si nous ne voulons pas être la risée du micromonde.
Il en va de même pour la plupart des industries orionnaise : l'inactivité, le manque d'entretien, les pillards ont fini par avoir raison des quelques industries encore productives et la plupart des ouvriers travaillent désormais dans les champs, essayant de survivre avec leur maigre récoltes irradiées.
L'absence quasi totale de communication entre les provinces et les incursions répétées des pillards ont voué toutes tentatives de commerce à l'échec depuis très longtemps et les diverses provinces de l'empire se sont pour la plupart refermées sur elles même.
Il va sans dire qu'une des priorités de l'Etat devra être de restaurer les différentes voies commerciales et d'assurer leur sécurité contre les brigands afin de rétablir un semblant d'échange commercial entre les provinces.
Quant à l'économie au niveau intermicronational… mieux vaut ne pas en parler…
Maintenant que nous avons vu le niveau économique actuel à l'échelle de l'empire en général nous allons prendre notre loupe et zoomer successivement sur les différentes provinces orionnaises afin d'analyser leur niveau économique (après la pause bien sur)…

L'économie orionaise post-apocalyptique :  


Malgré tous ces problèmes les valeureux citoyens orionnais n'ont pas baissé les bras et lentement mais sûrement ils ont fini par remettre en place un semblant d'économie provisoire, tenant plus du marché noir que d'une économie classique certes, mais néanmoins suffisamment efficace pour permettre au peuple de survivre en ces temps troublés.
Le principal problème qui s'est posé aux orionnais au lendemain du Cataclysme a été l'absence d'un système monétaire fiable, entre la dévaluation monstrueuse et la fuite des richesses vers les pays aisés il ne restait plus rien qui puisse nous servir de monnaie.
Il va sans dire que le troc, qui fût tout naturellement adopté par les survivants, a favorisé l'apparition de nombreux marchés noirs qui en l'absence d'un contrôle gouvernemental ont prospéré sans difficulté.
Faisons maintenant un rapide tour d'horizon d'Orion et de ses provinces qui n'ont pas toutes surmonté la crise de la même façon :

Toria

La province de Toria est restée extrêmement isolée des autres provinces de l'empire et n'a pu compter que sur elle-même pour sa survie économique et sa lutte contre les pillards.
Amadeus Rahled, ancien chanteur populaire, ancien mineur, actuellement clochard (ou barde vagabond comme il préfère s'appeler) est ce qui ressemble le plus à un économiste dans la région, voici un extrait de son témoignage sur la situation économique de la province :
" Ben au début on savait pô trop quoi foutre avec tous ces bô billets pisque plus personne en voulait, remarquez moi je les gardai quand même hein pass que on sait jamais, mais bon j'ai fini par les cramer cet hiver pass que la bise elle est venue et moi je m'ai gelé le c…
" Alors bon après c'était les clopes, 10 clopes contre un steak, 5 clopes pour un verre de gnole, 30 clopes contre un briquet, etc… mais bon on a fini par vider les stocks et fumer tout ce qui restait…
" Comme il fallait bien trouver autre chose on a fini par choisir le seul truc qui nous a jamais manqué ici à Orion : des munitions…
" Ca ça a bien marché, en plus on peut distinguer la petite monnaie : les balles et les " billets " : les chargeurs et nous autres vagabonds on a dût modifier un peu notre grande devises : " t'as pas cent balles ? ou deux cartouches ? ", 'tain l'aut' jour y a con qu'a voulu me payer avec cent balles dans ma tête… j'te jure…
" Le seul problème avec ce système c'est quand les gars qui protègent la ville contre ces sales pillards commencent à devenir radin…
" C'est tout ce que tu voulais savoir ma belle ? Ca fera 100 balles…
Comme vous pouvez le constater la province de Toria malgré ses débuts chaotiques s'est assez bien remise du grand Cataclysme et elle a su définir des normes claires concernant le troc par la mise en place d'une monnaie d'échange universellement reconnue (à Orion en tout cas) ce qui laisse entrevoir le grand potentiel et l'intelligence économique de cette région et de ses habitants.

Afiosso

La ville d'Afiosso et ses alentours ont tenté au lendemain de la disparition de Methos de conserver le statut de la " République d'Afiosso " que le général avait déclaré. Pour maintenir un semblant d'organisation, fut élu un gouverneur provisoire, Don Mineströne, charismatique leader ayant échappé de peu à l'incendie de la prison dans laquelle il était incarcéré (et presque incinéré).
M. Afiosso (c'est le surnom que la population locale lui a rapidement donné) s'empressa de réduire le nombre de ses opposants en organisant régulièrement de grandes séances d'exécution publique où tous ses partisans étaient invités à scander son nom tandis que les mécontents se voyaient offrir " Le Choix ", à savoir : " une balle dans la tête ou un pieu dans le c… ? ".
Une fois la population entière ralliée sous sa bannière (ce fût rapide) Don Mineströne entreprit de ravitailler sa capitale en organisant, grâce aux quelques véhicules volés à l'ancienne garnison locale, des raids sur le territoire orionais en pleine déliquescence et sur les quelques rares convois encore existant.
Quelques téméraires "volontaires " sont chargés d'approvisionner " l'armée " de Don Mineströne en essence, ce qu'ils font en lançant régulièrement des attaques suicide sur la plate-forme pétrolière au large d'Afiosso.
On peut certainement reprocher à Don Mineströne ses manières quelque peu violentes et sa façon de rendre la justice quelque peu partiale et sanglante, mais du point de vue économique (et c'est celui qui nous intéresse ici) la politique de Don Mineströne a porté ses fruits puisqu'à l'heure actuelle les citoyens d'Afiosso (ceux qui sont encore en vie) disposent du meilleur niveau de vie de tout le continent (et je dis pas ça parce que j'ai un flingue planté sur la tempe).
Néanmoins la politique économique de Don Mineströne semble subir quelques ratés depuis l'apparition du comité pour la reconstruction du pays puisque Don M a lui-même refusé de s'associer au plan de reconstruction et on l'aurait même entendu prononcer des mots tels que " indépendance " ou " nation pirate " qui ne sonnent pas très bien dans la bouche d'un grand économiste tel que lui (c'est à se demander s'il a vraiment fait des études d'économie)…
Il semblerait que Don M et ses hommes aient quitté la ville au lendemain de la nomination du Premier ministre et du gouvernement provisoire pour aller chercher refuge dans les montagnes laissant derrière eux une Afiosso ravagée et une poignée d'hommes martyrisés…
Dieu seul sait quel horrible méfait il s'apprête à commettre…

Troyes

Troyes, comme vous le savez déjà, a échappé à l'anarchie générale grâce aux gardes impériaux stationnés dans la région qui l'ont activement défendu contre toutes incursions pirates et ont remis en place (bien avant l'arrivée du plan de reconstruction) un semblant de politique militariste dans la plus pure tradition orionnaise.
Troyes dispose à l'heure actuelle de la plus grosse concentration d'industries encore en état de marche de tout le pays (même si c'est pas glorieux) et avec l'inauguration récente de la nouvelle caserne et de l'université il est presque certain que Troyes sera dans un avenir très proche le centre névralgique de l'économie renaissante orionnaise.
De nombreuses nouvelles usines sont appelées à voir le jour dans cette région mais malgré le plan pour la reconstruction qui établit nos priorités actuelles de nombreuses " niches économiques " ne seront pas exploitées avant un certain temps ce qui devrait réjouir bon nombre d'entre vous chers étudiants et futurs chefs d'entreprise car celui qui saura relancer la demande se verra à la tête d'un puissant empire commercial capable de rivaliser même avec les puissantes multimicronationales krasslandaise.
La principale menace qui plane sur Troyes vient justement de ces nations extérieures à l'économie florissante qui seraient trop heureuses d'installer chez nous les industries qui nous font cruellement défaut ce qui nous rendrait très dépendant d'eux du moins économiquement parlant et c'est pourquoi je vous encourage sans plus attendre à vous lancer dans l'industrie avant que ces !*;$%* d'étrangers nous volent tous les marchés…

Hératia

La province de Nöddia de par son isolationnisme a moins subit les assauts des pirates et autres voleurs que le reste de l'empire, de plus l'aviation nödéenne a permis de faire la liaison entre Troyes et Hératia, apportant à tous les Nödéens des nouvelles régulières des efforts de la reconstruction, ce qui semble-il aurait quelque peu galvanisé les troupes.
Nous n'avons donc pas à nous en faire pour la sécurité et la fidélité de Nöddia et des nödéens, cependant d'un point de vue économique la situation est quelque peu complexe là-bas.
En effet l'éloignement de la province de Nöddia par rapport au reste de l'empire peu apparaître comme un obstacle pour nos plans de reconstruction, le transport d'unités de production sur place risque de s'avérer long, coûteux et dans un premier temps quasi impossible puisque tous nos efforts seront concentrés autour des quelques industries encore productives du côté de Troyes.
Néanmoins la situation géographique de Nöddia peu également à moyen terme s'avérer très profitable : sa proximité avec le CES peu en faire un centre important d'échange intermicronational.
Le CES ayant déjà fait part de ses intentions de rapprochement économique avec notre pays, l'importance stratégique de Nöddia n'est plus à démontrer et nous avons tout intérêt à conclure rapidement un accord économique avec le CES afin d'obtenir les matériaux et la main d'œuvre nécessaire à la remise en place d'infrastructures orientées vers le commerce extérieur.
Une fois cet effort de reconstruction réalisé Nöddia pourra facilement, grâce notamment à ses aéroports, servir de pivot commercial entre l'empire Orionnais et le continent.

Vers un rêve de grandeur :  

Nous l'avons vu rien n'est perdu, même si la tâche nous semble impossible a première vue le peuple nous a montré que notre volonté de survivre et notre fierté sont plus fort que tout.
Orion était autrefois une grande puissance économique et je suis sûre que les plus vieux d'entre vous se souviennent de la glorieuse époque ou nos pétroliers sillonnaient les mers en direction des récifs krasslandais…
Ah nostalgie…
Il ne tient qu'à nous de renouer avec notre gloire passée, les marchés économiques sont on ne peut plus favorable, nous restons potentiellement un des plus grands pays producteurs de pétrole et pouvons à ce titre obtenir de nombreuses aides des pays importateurs, le Krassland a déjà annoncé qu'il était prêt à reprendre les échanges dés que nos raffineries seront à nouveau opérationnelles (quoique même non raffiné ça doit sûrement les intéresser quand même).
Il nous faudra également prospecter (l'institut de recensement des richesses souterraines orionnaise ayant été détruit pendant le Cataclysme) un peu partout sur notre territoire afin de retrouver les gisements qui (n'en doutons pas) foisonnent chez nous.
Une fois l'industrie de production relancée il nous faudra songer aux infrastructures de distribution des richesses (routes, voies ferrées, pipeline, etc…) afin que les différents acteurs économiques puissent tous profiter de la renaissance de notre économie.
Il nous reste également à déterminer la place qu'occupera l'aide intermicronationale dans notre plan de reconstruction, certes nous avons besoin de toute l'aide disponible mais nous ne savons pas à quel point une économie basée sur des apports étrangers peu être viable et rester concurrentielle.
Vous le voyez, chers étudiants, tout reste à faire et il ne tient qu'à vous de choisir votre place dans cette économie renaissante prometteuse, nous avons besoin de toutes les compétences mais les récompenses seront à la hauteur des efforts réalisés et je ne doute pas que vous tous ici serez bientôt riche et célèbre (en plus d'être des héros).

Merci à tous de m'avoir écouté (réveillez-vous dans le fond), ce premier cours d'économie est terminé, j'espère qu'il vous a plu et je vous dis à très bientôt.



 
     


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 5 Fév - 18:05 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Sérényssime Empire d'Ys Index du Forum -> Vie publyque -> L'Universyté Sérényssime -> Bibliothèque Universitayre -> Archives universytayres étrangères Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com